La démocratie si si

Depuis les cours de Éducation Civique avec M. Brugnon au collège, on nous matraque le crâne à coup de “La France est un pays démocratique et nous en sommes ses citoyens”.

Bon.

On vote tous les 5 ans pour les européennes, tous les 5 ans pour les présidentielles, tous les 6 ans pour les sénatoriales, tous les 5 ans pour les législatives, tous les 6 ans pour les régionales, tous les 6 ans pour les départementales et enfin tous les 6 ans pour les communales.

Avec les décalages dans les dates de tous ces niveaux, allez, à la louche, on vote une fois tous les deux ans. Donc 30 minutes — en comptant le trajet… et parfois la réflexion — d’investissement personnel tous les deux ans et *HOP* nous voilà citoyen d’une belle démocratie.

Fin.

 

Wait wait wait ! Dans démocratie, il y a quand même “démos” le peuple et “cratie” le pouvoir. Donc : le pouvoir au peuple. Je me sens pas très potent moi, en glissant mon enveloppe sous les cendres de mamie.

Et je ne pense pas que tu sois le seul… Mais pourquoi donc ? Parce que la République ! Et la république, c’est une

Forme d’organisation politique dans laquelle les détenteurs du pouvoir l’exercent en vertu d’un mandat conféré par le corps social. – Définition Larousse –

Alors déjà, il faudrait savoir ce que l’on entend par “corps social”. En France c’est les citoyens, et un citoyen, c’est toute personne de nationalité française jouissant de ses droits civiques et politiques — les français majeurs ou émancipés non prisonniers. Jusque-là on peut dire que ça passe, c’est plutôt une bonne grosse portion du peuple, qui est censé exercer son pouvoir.

Là où sa pêche c’est la partie “les détenteurs du pouvoir l’exercent en vertu d’un mandat”… Hum… C’est donc une démocratie représentative. Hummm…. C’est le peuple qui a le pouvoir, tout en mandatant des personnes qui vont exercer ce pouvoir à sa place… Hummmmm… Ça sent bien l’andouillette là. Rien que le terme, c’est un oxymore

On vit donc dans un système où ce sont les mandatés qui ont le pouvoir, soit un groupuscule de privilégiés, soit un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante, soit une oligarchie. HAAAAAA ! Contradiction ! Contradiction !

Mais non hé ho ! On à quand même une constitution !

Eh oui ! Parce que, les premiers démocrates-républicains — qui n’étaient autre que les bourgeois vainqueurs de la révolution française — ont réfléchi aux règles suprêmes du pouvoir, qui le limite et le cloisonne. Il ont aussi réfléchi à comment bien le cloisonner au centre de leurs paumes.

Le hic, c’est que cette dite constitution autorise les détenteurs du pouvoir à la modifier. C’est quand même vachement pratique ! Un peu comme si l’on autorisait les citoyens à modifier les codes de lois…À non… Ça ce serait une démocratie…

Oui… Bon… Bha… Au moins, le vote est légitime…

Ah ! Le vote ! LA clef de voûte de notre système politique ! LE droit suprême ! La lumière dans les ténèbres !

Imaginons que nos représentants nous représentent vraiment et qu’il se mettent ensemble d’accord sur les idées du peuple. Il a été décidé que “les idées du peuple” étaient “les idées de la majorité” . Et qui plus est, attention ! Pas n’importe quelle majorité ! La majorité des votants non blanc.

Deux questions m’interpellent alors :

  • Tout d’abord : pourquoi la majorité ? En quoi le fait d’être le plus grand nombre nous rend moins con ? D’ailleurs, on tend plutôt à prouver l’inverse.
  • Et deuxième question : pourquoi l’abstention d’une personne très impliquée en politique a-t-elle moins de poids que le vote d’une personne qui a pioché un bulletin au hasard ?

Arrrggg mais je sais plus moi ! Ça ne sert à rien alors !

En effet. Ça ne sert pas à grand chose, du moins dans un but démocratique. Malheureusement, le fait de nous rabâcher que nous vivons en démocratie, nous fait y croire ! Alors que nous en sommes à des années lumière…

Tout le monde rigole doucement quand il entend parler de République Populaire de Chine. Moi je riz jaune.

 

Mais alors une vraie démocratie. Qu’est-ce donc ?

Une vraie démocratie, c’est un système politique où le peuple choisit ensemble ses lois. Point de majorité, point de vote. Au niveau d’un pays, il est bien évident que réunir soixante dix millions de personnes dans un hémicycle pour papoter politique est un tantinet contraignant.

Mais la discutions et la mise en accord au sein des quartiers est possible. Et par ces discutions, peuvent ressortir des idées qui dépassent le cadre du quartier et doivent être transmissent à la ville. Auquel cas, nous pourrions décider ensemble et ponctuellement qui irait débattre de ces idées au conseil de ville. Puis au conseil de département, puis de région, puis de pays … etc.
Ce qui permettrait à toute personne désireuse de s’impliquer en politique de s’y impliquer.

Une autre démocratie possible est celle du tirage au sort. Où le président, les sénateurs, les ministres, les députés, les maires… enfin tous les mandatés seraient tirés au sort dans la population. Quelle meilleure représentation du peuple que le peuple lui même ? Qui plus est, il est reconnu que les personnes tirées au sort se sentent bien plus impliquées dans leur tâche que celles éluent.
Ce qui permettrait à tous d’avoir un poids et de se sentir existant en politique et dans la société. Car la politique avant tout c’est l’organisation de la vie en communauté, dont nous faisons tous partis qu’on le veuille ou non.


Ces deux propositions peuvent même collaborer !

 

Pour en savoir plus sur ce qu’est une vraie démocratie, un site tout entier existe, rien que pour ça :
http://lavraiedemocratie.fr/

Et n’oubliez pas d’en parler. Parce qu’une démocratie sans communication, c’est comme une fondue sans fromage… c’est vachement plus rapide, c’est vachement moins couteux, il n’y a presque pas de vaisselle… mais c’est plus une fondue, c’est du pain…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *